Navigation Menu+

Greater Moncton Pest Control Commission

Biologie De Maringouin

Le maringouin est un insecte de l’ordre des diptères et de la famille des culicidés. On le considère comme un insecte piqueur parce qu’il doit aspirer le sang d’autres animaux pour faciliter la reproduction.

Il y a plus de 2 600 espèces de moustiques qui sont réparties en 31 genres ou plus. Au Canada, on en trouve 74 espèces différentes, dont 64 piquent la peau de l’homme et des animaux domestiques. La Commission de désinsectisation du Grand Moncton publie un profil des espèces trouvées dans la région.

Oeufs

Les maringouins pondent leurs oeufs dans divers milieux et chaque genre préfère un ensemble particulier de conditions. Le maringouin Aedes pond ses oeufs un à un juste au-dessus de la ligne d’étiage pour qu’ils sèchent. Les oeufs demeurent à l’état latent jusqu’à ce que le niveau de l’eau monte en raison d’inondation. Au contact de l’eau, les oeufs éclosent.

Le maringouin Culex pond ses oeufs en tas directement sur la surface de l’eau. Chaque tas peut contenir 10 à 400 oeufs cimentés l’un à côté de l’autre. Le maringouin Culex peut profiter de n’importe quel réservoir d’eau, naturel ou artificiel. Il peut survivre à l’hiver comme adulte en hibernant dans un endroit frais et humide.

Larves

À l’éclosion des oeufs, des larves apparaissent et se nourrissent de matière organique en décomposition. Les larves sont très actives dans leur milieu aquatique et on les appelle des “gigoteuses” parce qu’elles bougent sans cesse. Elles se déplacent en remuant l’abdomen pour se propulser de haut en bas dans la tranche d’eau. Les larves sont pourvues d’un siphon pour respirer l’air à la surface de l’eau.

Nymphes

Les différents stades larvaires durent de quelques jours à quelques mois, le dernier étant la nymphose. La vitesse de développement des larves dépend beaucoup de la température de l’eau.

Les nymphes sont moins mobiles que les larves et ne se nourrissent pas. C’est pendant ce stade qu’a lieu la métamorphose en adulte.

Éclosion

Après plusieurs jours, l’adulte sort de l’enveloppe nymphale et se repose à la surface de l’eau pendant quelque jours alors que son épiderme durcit.

La période d’accouplement des maringouins dure de deux à trois jours et les femelles commencent à chercher un repas de sang en moins d’une semaine. Après s’être procuré cette source de protéines (repas de sang), la femelle se trouve un lieu de repos frais où elle peut transformer le repas de sang en oeufs. Le mâle et la femelle se nourrissent tous deux du nectar des fleurs. La durée de la vie d’un maringouin varie d’une semaine en ce qui concerne le mâle à plusieurs mois en ce qui concerne la femelle selon les conditions du milieu.

Maringouins et maladies

Le maringouin est défini comme un vecteur biologique en raison de sa capacité de transmettre des maladies. Un vecteur biologique transmet une maladie en piquant un hôte non infecté après avoir piqué un hôte infecté. Souvent, l’hôte n’est pas touché par la maladie, mais fait plutôt office de réservoir pour les agents pathogènes de la maladie. Les agents pathogènes doivent être très nombreux dans le sang de l’hôte pour que le maringouin puisse transmettre la maladie.

Les agents pathogènes ne se transmettent pas par le contact du sang, mais plutôt par les glandes salivaires du maringouin. À cause du processus physiologique qui doit se produire dans l’organisme du maringouin pour que les agents pathogènes puissent s’introduire dans les glandes salivaires, ce ne sont pas toutes les maladies qui peuvent être transmises par une piqûre de maringouin. Il convient de noter que le virus du SIDA ne peut être transmis par une piqûre de maringouin. Puisque certains maringouins piquent seulement des oiseaux, les maladies peuvent se propager chez les oiseaux. La surveillance des oiseaux peut donc fournir un bon indicateur des menaces possibles pour la santé.

Aires de reproduction des maringouins

Voici des aires de reproduction types des maringouins :

  • Marais salants
  • Fossés en bordure des routes
  • Puisards
  • Feuillus & conifères
  • Marais & étangs d’eau douce
  • Mares sylvestres temporaires
  • Décrue récente
  • Trous dans les arbres
  • Récipients